Trio Ifriqiya

Partager Partager




Dominique Lagnous

- 
Le trio IFRIQIYA réunit autour de Fayçal El Mezouar, formé à l’école El Kordobia de Tlemcen (Algérie), où il acquiert un répertoire de musique arabo-andalou, de nouba et de poêmes médiévaux ainsi que la pratique de plusieurs instruments (violon, ûd, mandoline et percussions orientales), le pianiste-improvisateur Didier Fréboeuf, dont le dernier album “Drôles d’oiseaux” a été salué par le magazine “Jazzman”, et le percussioniste Emile Biayenda, créateur des “Tambours de Brazza”.



La musique du trio retient le caractère inattendu, presque involontaire de la rencontre. Elle participe d’un métissage qui suppose la discontinuité entre les matériaux, les émotions ou des formes hétérogènes qui ne s’étaient jamais rencontrées.



Par un travail de tissage, de tressage, de montage..., entre écriture et improvisation, elle s’appuie sur un espace musical éclectique - musique arabo-andalouse, musiques traditionnelles, jazz, contemporain ... - porté par les trois musiciens.

Elle souligne une sorte de "langage musical commun" dans lequel se croise ce qui vient d’Orient, d’Afrique et d’Europe.

Certaines pièces sont directement issues du répertoire arabo-andalou (école de Grenade) : Ya khalbi khelli lel hal, Ahrantou bik nouassi, Hada el Gharnan... D’autres sont des compositions s’inspirant de ce même répertoire : Les personnes de le personnes..., Meknès café, Petite planète, El chaabi... On y entend non seulement la voix, l’ûd, le violon, mais aussi le piano - jeu sur le clavier et jeu sur les cordes - les calebasses, l’udu, le cajon et diverses percussions d’Afrique centrale.

Cf discographie "Petite planète"
- 

Cf discographie "Marabi Africa Vol.2"
- 

Cf discographie "Trio Ifriqiya"

- 

Sud-Ouest 28/11/2005

Basé à Angoulême, le trio Ifriqiya accomplit un grand écart entre trois traditions : le piano jazzy du Français didier Fréboeuf, l’oud et le violon de l’Algérien Fayçal El Mezouar, et les percussions du Congolais Emile Biayenda.
Tous trois disposent d’une très belle technique. Il faut voir les doigts d’Emile sur sa derbuka, claquer jusqu’aux bouts des ongles, et s’emballer tellement vite qu’ils semblent des lamelles élastiques désarticulées. La magie naît du mariage des sons, quand les notes du piano apprivoisent les envolées de l’oud. En partant de thèmes orientaux, les compositions de Didier Fréboeuf empruntent sa liberté au jazz pour tisser des motifs baladeurs.

Philippe Ménard

- 


Café du Boulevard (Melle) - Piano en Valois (Angoulême) - Boulevard du Jazz (Melle) - Les Nuits d’encens (Aigues-Mortes) - Piano aux Jacobins (Toulouse) - Villages Sessions (Sers) - Les Chemins de Saint-Jacques (Tusson) - ENMD d’Angoulême - Centres Culturels Français de Lagos et D’Abuja (Nigeria) - Alliances françaises de Joss, Kaduna, Enugu, Oweri et Port-Harcourt (Nigeria) - La Nef (Angoulême) - Musiques Métisses (Angoulême) -


Cf actualité "Trio Ifriqiya chez World Village"
Cf myspace "myspace.com/trioifriqiya"


Le site de Didier Frébœuf - Contact